Créer un business qui marche

creer-un-business-qui-marche

En pleine lecture du livre de Chris GUILLEBEAU, 100 dollars pour monter sa boite, j’ai eu un éclair de lucidité. Tu sais ce moment, où tu te dis intérieurement : « mais c’est ça, il a trop raison ! » En lisant cette phrase : « Il vaut beaucoup mieux déterminer ce que les gens veulent, puis trouver un moyen de le leur donner». Aussi évident que cela puisse paraitre, ce passage m’a interpellé.

On est d’accord c’est le BA.-BA de toute activité commerciale. Mais, ne t’es-t-il pas déjà arrivé de t’en égarer? De poursuivre une idée, parfois au détriment de cette évidence?

Je l’avoue, j’ai fait cela plusieurs fois. Me focaliser sur le projet en faisant abstraction de l’essentiel : les clients. Ceux à qui notre offre s’adresse, ceux qui vont lui donner de la valeur et finalement ceux sans qui rien n’est possible !

Aide tes clients et crée de la valeur

Triangles doubles rose Apprends à les connaitre: qui sont tes clients ? Où vivent-ils? Que consomment-ils ? Comment cherchent-ils l’information qui les intéresse ? Quels sont leurs revenus, leurs centres d’intérêt ? Qu’est-ce qui les fait vibrer ? Quels sont leurs croyances, leurs valeurs? Pour cela, sonde-les grâce à des questionnaires, émets des hypothèses qui vont te permettre d’avancer et teste-les en observant leur comportement. N’oublie pas d’évaluer les retours des tests, sinon ce n’est pas très intéressant. On veut savoir ce que veulent vraiment nos clients ! En ce qui me concerne, je teste plusieurs formats et thématiques, qui selon moi, sont indispensables à toutes démarches entrepreneuriales. Je les confronte en les proposant à ma communauté afin de connaitre, ce qui fonctionne en termes de contenus, d’informations, de formats et d’outils. Je te conseille de mettre en place des outils de mesure (des plug-ins comme Google Analytics) pour savoir, quelles sont les pages les plus appréciées, mais également celles qui n’ont pas suscité d’intérêt. Les sujets les plus commentés. Dans le but, de mieux connaitre leurs problématiques. À quel moment sont-ils le plus enclins à lire ta newsletter, pour en déduire un horaire idéal. Comment leur parler, quel ton est le plus apprécié. Teste constamment, jusqu’à trouver la bonne formule : celle qui marche.
Triangles doubles rose Valorise les bénéfices clients : qu’est-ce que tu leur apportes? Cela va-t-il leur faire gagner du temps ou de l’argent ? Vont-ils se sentir mieux après avoir consommé ton produit? Seront-ils plus efficaces ou plus performants, grâce à toi? Nous aspirons tous à plus d’amour, d’argent, de temps libre et de considération. Et nous détestons les problèmes, le stress, les conflits permanents et les doutes persistants. C’est pourquoi, ta mission si tu l’acceptes, va consister à t’appuyer sur ces bénéfices ou désagréments afin de mettre en avant des avantages qui comptent aux yeux de tes clients. Que gagneront- ils en achetant tes offres? Est-ce plus de bien-être ? Moins de stress? Mets en avant ces avantages ! Je pense qu’il faut toujours le garder en tête : parler de bénéfices plutôt, que de caractéristiques neutres et impersonnelles. Ce qu’on veut savoir, c’est ce que ton produit ou service va nous apporter, et non pas la manière dont il a été créé.
Demande-toi comment tu peux les aider davantage et mets cela en avant. Tu verras, ils te le rendront bien !

6 Comments

    1. Merci Léa pour ton commentaire! C’est vrai qu’on le sait tous plus ou moins… Une petite piqûre de rappel. Ça fait toujours du bien 🙂

    1. Merci La Fourmi Elé, j’adore ton nom 🙂
      Je pense que tout l’enjeu est de trouver cette juste place où, notre potentiel répond aux besoins du monde et que l’on est à sa juste place. Connaitre notre client, va nous permettre de lui apporter une vraie solution, de la valeur. Et le storytelling, va nous permettre de communiquer sur notre solution, d’entrer en contact avec lui et de lui transmettre notre message. Pour moi, ils sont vraiment complémentaires. Tu peux avoir le plus beau projet du monde, si tu n’arrives à en parler, à communiquer, personne ne sera au courant qu’il existe et c’est dommage.
      Encore merci pour ton commentaire 😉

Laisser un commentaire